Mystique féminine

Les femmes mystiques – histoire et dictionnaire sous la direction d’Audrey Fella, chez Bouquins Laffont.

 Nous vous avions invités à participer au colloque sur La Mystique féminine au Centre Sèvres de Paris les 5 et 6 avril 2013 à l’occasion du lancement de ce livre, nous vous invitons maintenant à vous procurer cet ouvrage collectif qui fait désormais référence dans le domaine grâce au travail et au talent d’Audrey Fella qui a pensé, organisé, coordonné et accompagné ce projet aussi original que nécessaire.

Femmes mystiques couv

 

En effet, il n’y a pas d’équivalent en langue française et l’enjeu est de taille, il s’agit d’affirmer la spécificité de la mystique féminine, à la fois singulière et universelle, et de reconnaître la fonction initiatique de la femme dans sa plénitude et dans l’infini spectre de ses réalisations créatrices. C’est aussi aborder la question de la Grâce et son rapport, ou plus exactement son absence de rapport, avec la technique. C’est aborder le tabou du continuum extatique du corps à l’esprit, c’est résister au réductionnisme et à la distorsion psychanalytiques. Ce livre est une célébration attendue du féminin en liberté.

Ce qui frappe le lecteur, c’est la double capacité de la femme, de la mystique de l’amour à la mystique spéculative, à un accès direct à l’absolu et à sa manifestation jusque dans la chair. On note chez la femme, remarque Audrey Fella, « une préférence significative pour une mystique pratique plutôt que théorique ». La femme, plus aisément que l’homme, semble apte à s’extraire du plan mental et de la dualité pour rejoindre cette intimité :

« La mystique, nous dit Audrey Fella, s’inscrit dans un plan supérieur de la conscience, dans une dialectique dynamique perpétuellement renouvelée entre le féminin et le masculin, l’âme et Dieu, ou l’absolu, l’intime et le Tout Autre, le particulier et l’universel, le familier et l’inconnu. Relevant de l’expérience religieuse, elle suppose et implique une connaissance nouvelle du « mystère », qui est destiné à être vécu et qui, sous quelque forme que ce soit (en général le déploiement d’une énergie personnelle), se concrétise en une donnée qui libère et qui sauve. « Toue connaissance digne de ce nom est une connaissance nuptiale », a écrit le poète Coventry Patmore. La mystique apparaît là comme une réconciliation de ce qui semble au premier abord contradictoire, comme une résolution de paradoxes. Elle relie, elle unifie l’être et le Tout Autre. »

Elles sont chrétiennes, juives, musulmanes, platoniciennes, occultistes, bouddhistes, taoïstes ou autres. Elles sont de toutes les époques et de tous les lieux. Chacune est un univers à découvrir. Chacune porte un enseignement et une liberté à la fois uniques et universels. Les approcher, les reconnaître, les entendre, c’est se rapprocher du Réel.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s