La voie ordinaire

La voie ordinaire par Aquila Baltar, Editions L’Originel-Charles Antoni.

Rude et lumineux, ce texte introduit à la sagesse du banal, à la libération inscrite dans l’intensité du quotidien. Plutôt que de commenter, découvrir ces stances, tantôt incisives, tantôt rondes :

 

262. le volcan est-il supérieur au serpent ?

Chacun à son niveau peut se réveiller vraiment,

Ce qui doit advenir n’est pas récompensé par les firmaments.

 

263. le tibétain a tout dans sa besace magique,

Le folklore, les dieux, le vide, c’est pathétique,

Les initiations de Kalatchakra au zénith sont fantastiques.

 

264. Heureusement Mahamoudra miroite au bout du chemin,

A chaque visage se trouve un péage, un stupa en forme de main,

L’Occidental est riche et déjà formaté à attendre demain.

 

265. L’ésotérisme chrétien est une belle tanière,

Le repère des descendants des bourgeois d’hier,

Leur maître n’avait même pas pour reposer sa tête une pierre.

 

266. La tradition hermétique ou l’art royal de symboliser ce qu’on n’est pas.

Logorrhée fantasmagorique qui habille le savant d’une incroyable aura,

Et hypnotise le myste qui déambule dans les labyrinthes d’Evola.

 

267. Le mental a ses Babel en carton-pâte, ses cocottes en papier,

Ses maîtres en dictée qui n’ont jamais rien pratiqué,

La fine fleur de l’Ouest ressuscitant après la noyade du bénitier.

(…)

 

351. Chaque geste du quotidien devient sacré,

Parce qu’il est en chemin pour te ramener,

A ton immaculée et originelle tranquillité.

 

352. Si tu n’as pas reçu les fruits du chemin,

Qui te permettent de guider d’autres humains,

Tu pourras être heureux au moins.

 

353. Tu sauras te satisfaire de l’eau de ta salle de bain,

D’une tranche de fromage et d’un morceau de pain,

Comme si tu venais de voir Dieu et tous les saints.

 

354. Pour toi qui n’entends rien à ces états mystiques,

Tu trouveras dans ce repli aussi économique qu’écologique,

Mieux que le foot, la télé, la frime cosmétique ou la parade athlétique.

 

355. Quand tu pourras regarder des heures un objet, une mouche, une fleur,

Ta respiration, ton désir, ton ennui et ta peur,

Tu sauras que tu t’éloignes de la mondanité et de ses leurres.

(…)

 

565. Ami, je dessine pour toi la voie des ordinaires,

Dont les autres sont au mieux préparatoires et subsidiaires,

A moins de finir ta vie dans un ministère ou de la passer en jouant avec les coléoptères.

 

566. Quel que soit ton chemin aujourd’hui et demain,

Dans cette vie ou dans une autre, tu viendras ici où il n’arrive rien,

Plus tôt ton cœur sera orienté, plus tôt tu trouveras la liberté enfin.

 

Aquila Baltar livre le simple, l’évident, le direct, ce qui est là dans la présence quotidienne, dans l’inévitable instant qui est éveil.

Editions L’Originel-Charles Antoni, 25 rue Saulnier, 75009 Paris, France.

www.loriginel.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s