Ouessant, mystères de l’Île

Ouessant. L’hermitage des Grands Vents de Bruno Geneste et Paul Sanda, co-édition Les Chemins Bleus et Rafael de Surtis.

Des textes forts, charnels et pour cela profonds. Paul Sanda et Bruno Geneste investissent la question de l’Île, de ce qu’elle donne à voir et de ce qu’elle confie dans le Caché à qui pénètre sa chair.

« Il est neuf heures, dans la Chambre de Veille, et le message des dieux m’est révélé après la Nuit, le message que je vais devoir incarner, celui que je dois porter pour les neuf dans l’enceinte sacrée, dans le nemeton – le neved de l’île. Un nom m’est révélé, un être essentiel, pour l’ouverture. Telle une pièce mystérieuse de l’ordre caché, le message m’est révélé sous les ailes de l’algèbre divine, comme celui que j’avais entendu ruisseler au pied du géant Manio (dans la forêt de Carnac) : il est de ces messages impératifs qui s’expriment d’imminence dans la sensation, le sentiment, l’abstraction, l’idée autant que le mouvement, la reconnaissance analogique au bâton du magicien, la percussion de la foudre à la baguette de Merhzin, la frappe qui va, soudainement, transmuter. Dans la Chambre de Veille, c’est un Artaud prémonitoire qui sommeille, sur notre table de travail : voilà que les événements se préparent, la déchirure prédisposée dans le voile du temps, pour l’héritage. Il va falloir arpenter l’île, trouver le point sublime, ouvrir le cercle des prodiges… »

Nous sommes dans la dimension initiatique de l’île, celle qui fait de l’être humain un « moine », l’être qui demeure dans la solitude lumineuse d’une paradoxale non-séparation.

« La séparation d’avec le continent, ouvre à une autre manière d’envisager l’existence. Voilà qui nous interroge sur l’insularité comme totalité où chaque instant réinvente, embrasse avec jubilation un paysage nu et propice à des méditations cosmo-poétiques (…)

L’ailleurs prend toute sa signification. L’île dépose en nous l’éloignement du continent, cette distance met nos pensées en flottaison en attente de surgissement. Le temps s’étire et déjà l’horizon se déchire de bleu… »

Editions Rafael de Surtis, 7 rue Saint-Michel, 81170 Cordes-sur-Ciel

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s