Au rendez-vous des amis

Au rendez-vous des amis 2, collectif, Editions Rafael de Surtis.

Ce second volume rassemble de beaux textes de Jehan Van Langhenhoven, Paul Sanda, Christophe Dauphin, Yves Martin, Sabine Huynh, Guy Chambelland.

Dans un préambule nécessaire, Christophe Dauphin souligne le principe de ce recueil :

« Le Rendez-vous des amis, depuis cinq ans, ce sont des expositions de peintures, dessins et photographies ; des publications collectives et individuelles ; des débats, des performances et donc avant tout des rencontres entre porteurs de clefs. Le Rendez-vous des amis s’intéresse aux êtres en tant qu’ils sont des « porteurs de clés », sans se cacher que ceux-ci forment une minorité. Breton s’estimait lui-même par exemple comme celui qui tendait aux hommes la clé des champs. Il avait lui-même vu en Jacques Vaché le porteur de la clé du dandysme. Les porteurs de clés ne sont pas nécessairement des amis, et vice versa ; tels êtres avec qui vous avez eu des rapports de complicité intellectuelle et d’affection, peuvent avoir une action moins déterminante sur votre éthique que certains autres qui n’ont fait que passagèrement croiser votre route.

A la manière du tableau peint par Max Ernst en 1922, Le Rendez-vous des amis est un portrait de groupe où se mêlent aux amis vivants, des écrivains et artistes d’autres temps ou disparus. Le Rendez-vous des amis est en fait une fresque qui réunit de nombreuses personnes. »

C’est Christophe Dauphin qui ouvre la danse avec un bel hommage à Alain-Pierre Pillet, dans Trois dythirambes de l’alambic qui pétillent comme le Perlé qui accompagne les rencontres cordaises.

Sabine Huynh poursuit A l’origine de nos cris :

 

A l’origine de nos cris, une absence de concordance.

Le pain est le pain et l’oignon est l’oignon.

La main est la main et le moignon est le moignon.

La langue d’Abraham n’est pas celle des Francs, qui n’est pas celle du Fleuve rouge, qui n’est pas celle de Shakespeare, qui n’est pas celle de Cervantès ni celle de Dante.

         

Il y a des jours d’hybridité où rien n’est rien.

Des jours où je ne puis dire si vraiment je suis qui je suis.

Des jours où dire qui l’on est ne convoque que des squelettes.

Des jours où mon visage lie tout ce que j’articule.

Des jours où vous n’entendez que lui et ses chinoiseries de cassures nettes.

Ses lignes, à mes yeux dénuées de clef et d’horizon, sur lesquelles je ne parviens pas à placer une seule note, un seul mot, sans que ceux-ci ne sombrent dans l’avalanche d’une cacophonie me privant de sortie…

 

Et les autres… un rendez-vous à ne pas manquer.

Editions Rafael de Surtis, 7 rue Saint Michel, 81170 Cordes sur Ciel, France.

http://www.rafaeldesurtis.fr/

Publicités

Une réponse à “Au rendez-vous des amis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s