Le présent migrateur de Béatrix Balteg

Présent migrateur de Béatrix Balteg, diffusion Les Amis de la Tour du Vent.

La poétesse venue des îles portée par les vents du large se livre avec une rare délicatesse dans ce recueil qui, l’air de rien, se montre d’une intransigeance exemplaire avec les apparences.

Le premier poème, qui donne le titre au recueil, éveille d’emblée :

 

Présent migrateur

 

Sur la ligne des temps présents

je saute à la corde

l’un cachant l’autre

tous se confondent

 

En l’instant présent, l’être. L’être et la liberté. Marc Le Gouard, dans son avant-poste, évoque Béatrix comme un phare, une tour, référence à la Tour du vent bien sûr mais aussi à l’axialité qui fait retrouver la parole créatrice.

L’eau et le temps, reflets l’un de l’autre dans le miroir de la conscience. « Où va l’eau qui ruisselle ? » demande-t-elle. La permanence de cette interrogation sur la source et le destin de l’eau, sur le cycle de la vie à travers les eaux du ciel, les eaux de la terre et les eaux souterraines dévoile un parcours initiatique.

 

Quel fleuve me happe, quels bancs de sable ferment ma marche. Pas de main pour m’agripper au rivage. Le visage lisse est sujet d’émerveillement. La peur n’est pas absente du périple. Les nouveaux traits de la face vont-ils encore une fois se dessiner. Sinon, quel gouffre va m’engloutir ?

Les vêtements laissés aux arêtes des haies s’effilochent au fil du temps. La nudité mène-t-elle quelque part ou est-elle destination dernière ?

En attendant réponse, ma main caresse la chevelure emmêlée de la VIE.

 

Le sang, autre eau de vie. Béatrix, gardienne du sang :

 

A ses doigts s’accroche le levain.

Ils pétrissent, pétrissent la pâte,

la terre, la chair.

Le sang chante à son oreille,

Evoque la douceur du duvet.

Le répandre lui semble

l’interdit formel.

Le poignard qui tranche la gorge

est la suprême injure.

Femmes, femmes multiples, que

Vos mains soient unies en un

Barrage fertile

 

Il s’agit bien de :

 

Gommer la cacophonie des hommes

sur les chemins violents

pour trouver au cœur de la fleur

le sourire de l’ange

qui attend

 

« A la gloire des roses ! » clame Béatrix Balteg.

 

Les Amis de la Tour du Vent, 87 avenue J. Kennedy, 35400 Saint-Malo, France

www.latourduvent.org

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s