Au pays de jasmin. La Tunisie de Vera Kitova

Au pays du jasmin de Vera Kitova, édition bilingue bulgare-français, Edition Balgarska knijnitza, Sofia, Bulgarie

 

L’horloge qui sonne un réveil sûr.

La terre à l’aube est sans maquillage,

sans fard au grand jour.

A l’aube on tourne lentement la page

du passé, de la nuit.

Et au lever du petit jour

On a le cœur léger, déjà rempli

par la lumière, par le futur,

par la présence subtile d’un pays

au soleil radieux

parfumé au jasmin.

 

Ce très beau recueil de poèmes, réédité après une première édition en 1984 par la STD / Societe tunisienne de diffusion, témoigne des années tunisiennes de Vera Kitova, artiste et médecin du corps diplomatique bulgare qui exerça plusieurs années en Algérie et en Tunisie, deux terres de cœur.

Sa poésie, aérienne et profonde, sait délivrer les nuances de la terre et du ciel tunisiens du poids commun des mots.

Et, toujours dans la poésie de Vera Kitova, domine la reconnaissance du sujet dans sa totale singularité. Le choix de l’autre au quotidien constitue un révélateur de la beauté de l’instant présent et de la rencontre. Ce recueil est une guirlande de rencontres justes humaines, étonnamment humaines, comme un immense accueil du monde tel qu’il est.

 

L’étonnement

 

C’est plus fort que la soif,

Plus fort que la faim

l’étonnement devant les merveilles du monde.

Devant l’inconnu.

L’action des gens braves.

La marche la main dans la main

Ou bien la vision d’un horizon

lointain et bleu.

C’est plus fort que le sommeil

ou repos mérité

après tant d’efforts.

L’étonnement est une rare pierre

Qu’on tire des fonds bien profonds.

On s’étonne

devant cette lumière

répandue aux quatre coins

qui brille pour tous

de la même façon

riches ou pauvres, elle est là !

On s’étonne devant le vent du printemps

Qui réveille la terre endormie

et fait éclosion des fleurs

et parvient à mûrir des fruits.

L’étonnement se peint sur le visage

D’un enfant qui fait ses premiers pas.

Comment est fait ce monde ?

Vers quel rivage il va ?

 

Si la poésie porte la fonction philosophique, il s’agit chez Vera Kitova d’une philosophie de l’étonnement et de l’émerveillement. A contre-sens de ce monde englué dans la marchandise qui regarde ses pieds et les traîne avec difficulté sans savoir où aller, Vera Kitova rappelle à l’être humain que la lumière demeure un Orient vers lequel se diriger.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s