Le Zen est juste ici

Le Zen est juste ici de Shunryu Suzuki, Editions Almora.

Shunryu Suzuki (1904 – 1971) s’inscrit dans la lignée de Maître Dôgen de l’école zen Sôtô. Il a largement contribué au développement du zen en occident et est connu pour son livre Esprit zen, esprit neuf, publié chez Albin Michel.

Appelé, Suzuki Roshi par ses élèves, il fut un maître à la fois exigeant et chaleureux. Son maître So-on l’affubla à 13 ans du surnom de « Concombre tordu » quand il choisit la prêtrise zen, un début peu engageant pour celui qui allait devenir un maître rayonnant.

L’enseignement essentiel de Suzuki Roshi est silencieux, un geste, un regard, un art d’être. Sa parole en est d’autant plus percutante. Ce petit livre rassemble quelques propos du maître destinés à ses élèves qui mêlent sagesse profonde et humour :

« Chacun de vous est parfait à sa manière… et de petits progrès ne seraient pas inutiles. »

Il s’agit souvent de dialogues brefs avec ses élèves :

Question de l’élève : L’éveil est-il un remède absolu ?

Réponse de Shunryu Suzuki : Non.

Q : Roshi, quelle est la différence entre vous et moi ?

R : J’ai des étudiants et vous n’en avez pas.

Q : Un maître zen souffre-t-il d’une autre façon que ses élèves ?

R : Il souffre de la même façon, sinon je ne crois pas qu’il soit assez bon.

 

Ou d’échanges particuliers :

« Un élève était découragé parce que les états sublimes qu’il expérimentait finissaient toujours par se dissiper.

  • Quel intérêt ? demanda-t-il à Suzuki.

Suzuki Roshi éclata de rire et répondit.

  • Vous avez raison, aucun intérêt. Tous ces états vont et viennent mais si vous continuez votre pratique, vous découvrirez qu’il y a quelque chose derrière.»

« Lors d’une session de formation dans un temple japonais, les moines locaux avaient interrogé un disciple de Suzuki sur la validité de son ordination. Ils disaient qu’elle n’était pas valable parce qu’il n’avait pas subi la cérémonie appropriée, ne s’était pas soumis au cérémonial de recueil d’aumônes et ne s’était fait raser la tête qu’à son arrivée au Japon.

  • Alors suis-je un moine oui ou non ? demanda-t-il à Suzuki de retour aux Etats-Unis ?
  • C’est l’esprit qui en décide, lui répondit ce dernier. Si vous estimez que vous êtes un moine, vous êtes un moine. Si vous ne le pensez pas, vous n’êtes pas un moine.»

Editions Almora, 51 rue Orfila, 75020 Paris, France.

www.almora.fr

 

Publicités
Cette entrée a été publiée dans Eveil. Bookmarquez ce permalien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s