Contre-Allées n°35-36

Contre-Allées n°35-36.

Cette belle revue de poésie contemporaine commence par un éditorial éclairant sur la situation de la création poétique actuelle, que nous reproduisons intégralement, vu sa pertinence :

« Poésie romantique-essentialiste ou bien poésie textualiste-performée, poésie textualiste essentialiste quand les deux font la paire : l’horizon de la poésie contemporaine semble parfaitement délimité. Les ouvrages à paraître prédisposent aux commentaires qu’ils susciteront, ne susciteront pas. La situation est confortable, les rares secousses prévisibles, les positions déjà connues.

Derrière son apparence de liberté totale, la même que celle déifiée par le libéralisme économique conquérant et la société de consommation triomphante, la poésie d’aujourd’hui vit sous le règne du maintien de l’ordre établi. Tout est déterminé, figé, fixé, jalonné, jusqu’aux programmations des gros festivals. La pensée du poème, du coup, semble assignée à résidence.

La poésie actuelle ressemble à deux versants de vallée qui se feraient face en se tournant le dos. Du haut de leur belvédère, les tenants de ces deux tendances contrôlent l’accès au paysage, leurs croyances prêtes à être dégainées. La poésie actuelle n’est souvent que le résultat de ce binarisme qui conditionne presque toutes les opinions, chacun s’arc-boutant sur ses conformismes.

D’un camp à l’autre, on croit tenir de loin en loin quelque livre sensationnel. Il ne s’agit en fait que d’un produit idéalement formaté eu égard aux discours qui serviront à le légitimer. Il en est ainsi des poètes comme du personnel politique, des économistes médiatisés ou des pédagogues officiels : le système s’autoalimente, déployant le peu qu’il lui reste d’énergie pour éliminer les voix discordantes, les intrus qui pointeraient leur nez.

Or le poème en a marre. Il est l’expérience rythmée d’un sujet face au monde, et ce, quelle que soit l’expérience. Il a conscience d’être une dynamique, un mouvement de création perpétuel, une forme de vie. Contre-allées se doit de l’accueillir d’où qu’il provienne – du haut des crêtes, de la mi-pente ou du fond de la vallée -, pourvu qu’il soit cette expérience rythmée. Quitte à aller à l’encontre des attendus de la vérité politique officielle. »

Une trentaine d’auteurs sont rassemblés dans ce numéro. Voici quelques extraits choisis aléatoirement :

 

Cet oubli maintenant

 

le possible silence est mon terrain vague

juste ne pas faire taire mais résonner

juste dans quel sens le sens

possiblement trouvé désespère va fuir

loin maintenant il était une fois rebondir

changer de place ne rien laisser quand le silence

s’échappe

Laurent Mourey

 

 
 
 

En compagnie d’amour

 

Un peu plus tard et réfrénant

sa coloration interrogative, dos

devant le buffet, sa profondeur

à moins que ce ne fût

rougeâtre le linoleum du gymnase :

profondeur de mythe creusée

d’instant en instant – j’avais pleinement conscience alors,

marque rougeâtre et colorée, que je

me souviendrais de ta proposition

dans un âge avancé : me ramener en voiture.

Anne Belin

 

         

Plus que tout le vent l’arbre l’air le soir

 

à nouveau dans une chambre

à nouveau loin du cerisier

et du vent amical

 

plus tard

sur l’oreiller

je vois la trace de la tête des morts

je ne sais pas comment la mesurer

 

de la maison

pour l’arbre à chair de forêt

il ne reste rien à voir.

tandis que j’étais immobile allongée

enfermée retenue

le manteau des voyages bien rangé

l’arbre me montrait

comment bouger.

Sylvie Durbec

 

 

Et d’autres découvertes dans ce numéro qui offre en couverture une très intéressante illustration de l’artiste Valérie Linder.

www.valerielinder.fr/

 

Contre-allées, 16 rue Mizault, 03100 Montluçon – France.

http://contreallees.blogspot.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s