Emmanuelle Le Cam

Poèmes de l’Ankou avec Whisky et gui de Nouvel An par Emmanuelle Le Cam, Editions Rafael de Surtis.

Nous devons à Emmanuelle Le Cam une trentaine d’ouvrages de poésie en vingt ans.

Sa poésie s’étend vers les contrées obscures de l’être, là où le trouble domine et l’espoir s’efface ne laissant qu’une trace infime quand seule la mort évoque la vie par une imitation sordide.

 

Extraits :

 

 

la divine fait une fausse couche

c’est un nom de pudeur pour

« avortement » ; la divine se pavane

de palace en palace

sous le regard impavide

des garçons d’étage

comme dans ce très vieux conte

irlandais

l’histoire n’est qu’un prétexte, car

nous mourrons tous de lierre emmêlé

 

 

et c’est la mort que tu vois

au bout d’un chemin terne

les écorchés

reposent sur leur paillasse

les pendus ondulent au

vent qui va sous

leurs vêtements

« faire baudruche »

et tu n’y crois plus toi-même

que la douceur

puisse tout sauver

un jour de

belle lune

 

 

Si Emmanuelle Le Cam vient se heurter aux limites c’est par pressentiment d’un infini qui ne cesse de se cacher dans les contractions.

En fait, seules la fluidité et la beauté des mots sauvent le lecteur du gouffre.

 

Editions Rafael de Surtis, 7, rue Saint Michel, 81170 Cordes-sur-Ciel.

http://www.rafaeldesurtis.fr/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s