Jean-Pierre Lassalle

Il convient de Jean-Pierre Lassalle, 448ème Encres Vives.

Nous profitons de la publication de ce nouveau recueil de poèmes pour dire tout le bien que nous pensons de Jean-Pierre Lassalle, infatigable baladin des traditions et des avant-gardes.

Il a participé au Mouvement Surréaliste de 1959 à 1966 au côté d’André Breton et Marcel Duchamp. En marge de sa carrière universitaire comme professeur de Linguistique et Littérature françaises, il a publié de nombreux poèmes et il a notamment obtenu le Prix Henri Mondor de l’Académie française avec les Poèmes presques parus en l’an 2000.

Auteur de nombreuses études sur les grands poètes, nous avons particulièrement apprécié ses écrits dans la revue du Cercle Villard de Honnecourt de la GLNF, Les Cahiers d’Occitanie, l’une des meilleures revues maçonniques européennes, véritable lieu de pensée grâce à l’influence de Jean-Pierre Lassalle. Depuis 1983, il est aussi Mainteneur de l’Académie des Jeux Floraux.

Ce recueil propose une poésie exigeante et profonde, célébration de la langue, où la connaissance, l’amour, le sens du tragique s’orientent inlassablement vers la liberté de l’esprit.

 

En souffrance

 

Le désespoir des haies jusques à l’horizon

Mur après mur les ronciers les randals

L’alignement de l’infranchi des buis

L’hyèble douceâtre et le déchirement des roumes

La rare éclosion des gemmes au cœur de l’étonnure

Et l’irruption bourrasque de Sarolta fantasque

Une vie de hardées à l’infini tristesse

Avec le seul orient des perles de l’amour

Souffrant toujours souffrant jusqu’au dernier clivage.

 

Alep

 

Le glacis d’Alep est muraille d’hipparion

Gisant sous la pesée du sabot gigantesque

Mon corps est laminé en ces jours d’indiction

Ne demeure que vie de rampement d’exsangue

Alep admirable ville du grand fardeau

Je fuirai cependant vers l’Oronte sinople

Filigrane d’argent de mon corps glorieux

Mourir cétoine bleue sur le glacis d’Alep.

 

Il convient est la devise autographe d’Antoine Lassalle (1386-1460), elle sied parfaitement à notre autre Lassalle, poète-chevalier qui manie la plume comme l’épée de l’esprit.

 

Encre Vives. Michel Cosem, 2 allée des Allobroges, 31770 Colomiers.

http://encresvives.wix.com/michelcosem

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s