Abhinavagupta et le miroir de la Conscience

Le miroir de la conscience. Du reflet à la lumière, chemin de dévoilement selon Abhinavagupta (Xème XIème siècles) de Colette Poggi, Editions Les Deux Océans.

Nous devons à Colette Poggi, indianiste et sanskritiste, une remarquable étude sur Les œuvres de vie selon Maître Eckart et Abhinvagupta, publiée en 2000, déjà aux Deux Océans. Spécialiste du shivaïsme non-dualiste du Cachemire, traductrice des œuvres majeurs d’Abhinavagupta, la figure la plus importante et la plus connue de ce courant,  elle nous propose pour la première fois avec ce livre « quinze versets de bonne augure » composés par Abhinavagupta dans son Commentaire sur la Reconnaissance du Seigneur.

 

couv-poggi

 

« L’originalité de ces versets, nous dit-elle, est de présenter la métaphysique cachemirienne non-dualiste du Shivaïsme au fil d’un hommage rendu à la divinité. Mais l’intérêt essentiel réside en la fécondité des images auxquelles le poète philosophe a eu recours. Les métaphores du miroir, du collier, de l’onde, de la roue, du cœur… émaillent le texte. Toutes procèdent d’une vision dynamique, cinétique, inclusive, empreinte de liberté et intégrant tous les aspects du réel ; corps-souffle-esprit, monde-divinité, objet-sujet, multiplicité-unité, tout relève de la même essence » vibratoire qui en son plus haut degré est pure Conscience-Energie. Ce qui est visé ici, ce n’est ni une virtuosité conceptuelle, ni une impression esthétique, mais simplement l’éveil à travers l’émerveillement. »

Ce qui frappe chez Abhinavagupta, philosophe, métaphysicien, poète, éveilleur-éveillé de haut vol, c’est la permanence et l’immédiateté de son enseignement. La puissance d’Abhinavagupta réside dans une intension sans faille de libérer maintenant, dans cette parole-là, ce silence-là, ce geste-là, cette immobilité-là… Il n’y a finalement chez lui aucun commentaire, tout ce qui est énoncé va droit au but recherché, la Reconnaissance, par une non-voie absolue.

« Selon l’approche du Shivaïsme du Cachemire, intégrative et unitive du réel, la Conscience absolue est ainsi la seule réalité. C’est là le fondement de la vision non-dualiste des maîtres cachemiriens qui nous occupe. Cette réalité vivante est, de manière absolument libre et indépendante, soit par-delà de toute forme, soit investie en l’infinie variété phénoménale grâce à son aspect dynamique (shakti). Le monde, la vie, physique comme psychique, sont ainsi considérés dans le Trika comme un flot ininterrompu de reflets lumineux (abhasa), animés par un ensemble d’énergies universelles (volonté, connaissance, action) qui s’individualisent. Par l’Energie, la Conscience-Lumière assume ainsi tous les aspects de l’existence qui, de ce fait, lui demeurent intérieurs en dépit des apparences. Immanente en chaque être vibre la Lumière-Energie. En tant qu’essence immuable, elle est perçue comme le Soi, supra-individuel, immuable. Une telle vision n’est pas une découverte parmi d’autres. Elle est le seuil de la délivrance (moksa), but suprême des hindous. »

Colette Poggi nous offre les quinze versets en devanagari, en translittération et en traduction avant de les mettre en perspective dans le contexte précieux de l’école philosophique de la Reconnaissance. Elle nous les offre comme un courant vivant, dynamique, changeant et qui pourtant demeure. L’érudition exceptionnelle d’Abhinavagupta est au service d’un jaillissement permanent.

« Emanée d’un tel esprit, suggère Colette Poggi, la lettre peut se faire médiatrice d’une expérience. De l’auteur au lecteur, comme en un jeu de miroir, des images circulent, portées par une parole qui gagnerait à être entendue dans la langue originelle, le sanskrit. Comme pour une psalmodie, le rythme et la mélodie exaltent le sens, ou plutôt faudrait-il dire les sens en raison de la polysémie de certains mots sanskrits. »

Malgré tout, Colette Poggi, réussit à rendre accessible dans le creuset particulier de la langue française, l’intention et l’orientation dynamiques que véhicule et révèle le sanskrit.

« Au terme de ce parcours en compagnie d’Abhinavagupta, conclut-elle, nous pourrions revenir un instant sur ce qui est en train de se passer : en lisant les lettres puis les mots, les phrases et le verset tout entier se révèlent à notre vue et à notre compréhension. Une onde intelligible se déploie, aux multiples couleurs sonores et sémantiques, elle finira par susciter une idée qui, avec plus ou moins d’intensité, tel un parfum, imprégnera notre étoffe mentale. »

Editions Les Deux Océans, 19 rue Saint-Séverin, 75005 Paris.

www.dervy-medicis.fr