Elodia Turki. L’Infini Désir de l’ombre

L’Infini Désir de l’ombre par Elodia Turki, Editions Librairie-Galerie Racine.

Voici quelques éléments de biographie d’Elodia Turki, tels que nous pouvons les trouver dans un bel article de Pierrick de Chermont intitulé L’appel de la muse chez Elodia Turki que nous vous invitons à lire dans son intégralité :

http://ecrits-vains.com/points_de_vue/chermont3.htm

« Elodia Turki est née dans une prison espagnole à la fin de la guerre d’Espagne, où sa mère antifranquiste militante était enfermée et condamnée à mort. Au bout de dix mois, elles rejoignirent la Tunisie où son père se trouvait déjà. Il reste, de cette période, une volonté de se multiplier pour éprouver fortement le maintien du libre dans les hautes eaux. Ce n’est pas peut-être pas un hasard, si elle épousa un diplomate et vécut sans se fixer dans les grandes villes d’Europe ; qu’elle possède encore trois passeport ; ou qu’elle mena autant d’activités que de vies : championne d’athlétisme qui la fit participer aux jeux olympiques de Rome, professeur de yoga, psychanalyste, éditeur… comme si lieux et activités offraient un même mélange d’exil et de villégiature, de péril et de liberté reconquise. Jeu d’apparente légèreté ou de détachement, où la poésie joua peut-être le rôle de la mère patrie. C’est en 1990, qu’elle officialisa son travail poétique avec un premier recueil de De Pierre et d’eau paru aux Éditions du Club des Poètes, et primé par le grand prix de la Baule. En 1993, elle rencontre Chambelland, avec qui elle publia un deuxième recueil, Possibilité antérieure, paru en 1994. À la mort de ce dernier, elle reprit la Librairie-Galerie Racine avec Alain Breton, relançant le lieu et le travail éditorial de la maison. Chaque année, durant dix ans, près d’une trentaine de recueils enrichirent le catalogue de la collection LGR. La revue les « Hommes sans épaule » fut relancée, et le lieu, la Librairie – Galerie Racine proposa des rencontres, des échanges, qui bien souvent se poursuivirent jusqu’à tard dans la soirée à la Brasserie Les Racines – ce qui n’est pas sans piquant pour une poète qui se garde d’en avoir… Durant cette période, elle publia plusieurs recueils : El Ghazal en 1997, L’Elle du doute en 2001, et Ily Olum en 2003. Outre des ouvrages de poésie, Elodia Turki a également publié des nouvelles, comme le Charme d’Elie en 1993… »

 

Couv Elodia-Turki-Linfini-Désir-de-lombre

 

Voici pour l’histoire qui évoque plusieurs destins entrecroisés et laisse deviner bien des secrets, des douleurs et des joies. Mais c’est l’être même d’Elodia Turki qui s’offre dans sa poésie avec une délicatesse plus qu’humaine qui dénude les temps et les espaces, observe depuis l’ombre les reflets lumineux d’une vie incertaine d’elle-même.

La langue redevient sous son regard ce continent créateur, ce réel unique que masquent les mondes. Tous les donnés désapparaissent pour laisser la place à l’être. Les mots peignent et dépeignent, par touches légères, qui, au lieu de couvrir, libèrent. Il s’agit simplement de beauté.

Devant cette poésie, le lecteur a juste envie de silence afin de laisser la profondeur l’engloutir avec bonheur :

 

Tu viens vers moi des lucioles plein les yeux

Tu déclenches le jour

Le ciel recueille tes étoiles

Tu dis des choses mystérieuses

des mots oubliés

Tu séjournes entre l’enfer et le rêve

Tu me dis Je ne peux plus

Tu pleures

Je te dis qu’il est trop tôt

que le jour se lève loin

que nous sommes ici pour nous perdre

 

Et j’invente pour nous une très lente nuit

tissée de peurs et d’innocence

qui nous dépose sur les grèves du temps

ensoleillés de lunes

 

Un autre extrait de ce texte admirable, né d’un jeu, d’où la lettre A est absente, mais pas le son A, parfois glissé du bout des doigts, absente mais présente puisque la mère de toutes les lettres :

 

Je poursuis l’onde lente

le contre-songe de notre histoire

C’est de tous les souvenirs le plus doucement triste

Quelque chose rouge  quelque chose fort en mes doigts dénoués

Tu cherches un contour – un dieu pour l’implorer

Qu’espères-tu qui ne soit en toi depuis le premier souffle ?

Seul interdit – ce moment suspendu perplexe –

un peu –

qu’un liquide brûlé enfin délivre

 

Librairie-Galerie Racine, 23 rue Racine, 75006 Paris, France.

https://editions-lgr.fr/galerie/

Publicités