L’âne qui a vendu son maître et la question de Heidegger

L’âne qui a vendu son maître de Jean-Charles Pichon. Editions L’œil du Sphinx, 36-42 rue de la Villette, 75019 Paris – France.

www.oeildusphinx.com

Dans cet ouvrage original, Jean-Charles Pichon traite de la célèbre question de Heidegger « Pourquoi cela est-il là, plutôt qu’une autre chose ? », question qui intéresse tant les scientifiques que les artistes, les philosophes et les métaphysiciens. Jean-Charles Pichon fut hanté par cette question et c’est Artaud qui lui permit d’avancer, Artaud qui voit dans l’objet de l’organique et seulement de l’organique.

La question est difficile, vertigineuse et vouloir y répondre engage sur des chemins pleins de dangers. La paranoïa guette, suggère Jean-Charles Pichon.

« Cela nous prouve, poursuit-il, à quel point il était difficile, hier, de distinguer l’objet de l’idée. Cela est plus facile aujourd’hui : de Bosco à Auster, de Queneau à Pérec, cent textes le prouvent. Mais aucun de ces machinistes n’a répondu à la Question, ni Heidegger, ni Artaud.

Ecrivains, ils ne savaient qu’écrire, peintres que peindre, musiciens que musiquer.

Philosophes, ils ne savaient que philosopher : les pires, qui, de chaque mot, nombre ou figure trouvés, font aussitôt l’idée maîtresse. Quand il s’agit de distinguer l’objet (de l’élire), de l’investir (de le miser ou de le prendre), de le projeter, non pas dans une idée mais en son dépassement original (originel).

Cette « acception » ne doit pas être de conception sans demeurer de perception. Cette « préhension » ne doit pas être de compréhension sans demeurer d’appréhension : ce chemin est terrible. Le dépassement inexprimable – un « jet » ne doit pas être seulement une projection : une exposition, une jection, une imposition, etc. Je l’ai dit, ce dépassement ultime, un « objectif objecté «  (dans le Déménagement zodiacal). Mais je n’y avais trouvé d’autres symbole-image que l’arbre – ou plutôt celui-là, le saule pleureur, qui ne pleure pas, de mon jardin. »

 

Couv Ane pichon

 

Il y a du Alfred Korzybski, le fondateur de la sémantique générale, dans les propos de Jean-Charles Pichon qui choisit de traiter la question dans un dialogue entre un conteur et un professeur. Le livre alterne les chapitres du conte bien connu L’âne qui a vendu son maître et les analyses de Jean-Charles Pichon, conteur et professeur étant tous les deux soumis à l’objet.

Jean-Charles Pichon clarifie la question, oblige au dépassement des oppositions dualistes :

« Ces mots, aux jours que nous vivons : l’animus, l’anima, ont comblé cent théoriciens, mille analystes, mille foules d’auditeurs. Ils ne comblent pourtant que l’hiatus des genres sexuels, ils laissent béants l’espace qui sépare la matière, la masse, de l’effigie. Au point que le prolétaire ne sera pas, jamais, le fonctionnaire qui l’asservit.

J’avancerai cette hypothèse : l’hiatus final entre ana et meta, l’inventaire et la borne, ne joue pas seulement de l’animus et de l’anima (ils sont encore de l’âne), ni de la production et de la consommation. Ils jouent de la tapisserie et de son envers, la trame. Des multiples aspects offerts à ton regard, car le poème, la peinture est innombrable : cependant que ceux-là se défont, ceux-ci se font ailleurs – à la confuse brume des fils pendus dont l’assemblage doit constituer une autre Tapisserie, ici même.

A quel niveau ? En celui-là qui transcende les « séjours » même des dieux, bien au-delà des 42 de l’Apocalypse, jusqu’aux images finales, indestructibles, du mythe, de la légende, dont l’Elu ne sera jamais que le traducteur.

La glorification de l’âne. »

L’opposition fondamentale entre le conteur et le professeur autour des pérégrinations de l’âne, se réduit dans le silence et le lâcher prise. N’est-ce pas ce à quoi conduit sciences, arts, philosophies et métaphysiques dès lors que le jaillissement est permis ?

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s