Tatouages contemporains: New Blood Tattoo

New Blood Tattoo d’Allan Graves, Editions Contre-Dires, 19 rue Saint-Séverin, 75005 Paris. http://www.editions-tredaniel.com

Si le tatouage est un art traditionnel aux fonctions spirituelles et initiatiques importantes, il a toujours su intégrer et associer les nouvelles dimensions des temps qu’il traversait. En témoigne, magnifiquement, cet ouvrage d’art « à la rencontre des 24 artistes tatoueurs les plus créatifs de la nouvelle génération.

L’auteur de l’ouvrage, Allan Graves, est le propriétaire d’un haut lieu londonien du tatouage, Haunted Tattoo, et un habitué des salons les plus prisés au monde de San Francisco à Barcelone, passant par Berlin.

 

Couv bmood tattoo

Nous vivons aujourd’hui une période particulièrement créatrice dans le domaine du tatouage. Un véritable renouvellement à la fois technique et thématique s’est fait jour autour d’artistes doués dans le dessin et la peinture qui voulurent s’essayer à la peau, extraordinaire toile vivante. La communauté des tatoueurs est désormais mondiale grâce à internet et aux facilités du voyage contemporain. Les échanges entre artistes favorisent ainsi des émergences créatrices et des inattendus.

Les 24 tatoueurs sélectionnés pour cet ouvrage ne sont qu’une infime partie des tatoueurs doués qui auraient eu leur place dans ce livre mais ils sont représentatifs de la scène mondiale du tatouage moderne. Il  y a ceux de la « vieille école » qui mêlent traditions et originalité et d’autres affranchis des influences du passé. Voici comment Allan Graves les présentent en quelques mots :

« Chazen ; un illustrateur très « technique » qui réalise des dessins détaillés de manière spectaculaire ; Young ; l’influence orientale de Ben Cheese ; le très contrasté Dani, qui insère des motifs arabisants dans son travail ; l’élégance quasi art-déco de Luca Font ; l’imagerie mystique et viscérale de Fernando Amador ; les dessins de David Hale, ancrés dans les traditions de l’art amérindien ; les inspirations baroques/religieuses/rétro étonnamment originales de Ramon Maiden ; les incroyables créations totalement libres d’Aaron Odell, enracinés dans la tradition, mais avec une puissance fantastique ; la vieille école spirituelle de Alessia Pedrosa ; les dessins si originaux et si parfaitement travaillés d’Eva Schatz, créés dans son atelier de Salzbourg… »

Le dialogue entre traditions et futurs est inscrit dans l’art du tatouage d’aujourd’hui avec une grande puissance et autant d’originalité. Tous ceux qui s’intéressent à l’art, même ignorants du tatouage, seront intéressés par ce qui est proposé ici. L’industrie du tatouage est un espace de liberté que de plus en plus d’artistes explorent car ils n’y rencontrent aucune des contraintes, aucun des artifices de nombreuses scènes artistiques conditionnés par les marchands d’art et les directives ministérielles. Nous sommes en présence d’un art mondial particulièrement inspiré. Si nous retrouvons les thèmes et les symboles traditionnels chez beaucoup de ces artistes, ils sont vitalisés par un esprit de conquête des aspects les plus inconnus de l’expérience humaine. Du classique détourné au kitsch décalé, de l’érotisme soft à une pornographie tout juste diabolique, les influences multiples se perdent dans un renouvellement et un foisonnement étonnant.

La juxtaposition de ces artistes de grand talent rend compte d’un mouvement majeur de l’art de ce début de siècle. Tout comme le manga, le tatouage ne doit pas être sous-estimé. Ils constituent l’un comme l’autre de remarquables avant-gardes.

Publicités

De l’ego au Moi Unique

De l’ego au moi unique. Les 5 étapes de l’Eveil spirituel de Marc Gafni. Editions Almora, 43 avenue Gambetta, 75020 Paris, France.

www.almora.fr

Marc Gafni est proche du mouvement intégral de Ken Wilber mais il possède aussi une grande connaissance traditionnelle, celle du Talmid et de la kabbale, dans la perspective du hassidisme.

Il peut sembler paradoxal de parler d’étapes quand il est question d’Eveil, cet affranchissement radical de toute temporalité et de toute règle. Nous sommes pourtant dans la tradition classique des voies gradualistes qui proposent une pédagogie de l’Eveil tout en acceptant ce paradoxe.

Même si nous ne pouvons pas réellement parler de nouvel enseignement comme le font les préfaciers, il s’agit bien d’une expression singulière, pertinente, adaptée à nos temps, comme le font tous ceux qui reformulent l’enseignement traditionnel depuis toujours à l’aune du langage, des arts et des sciences de leur époque. Nous sommes dans une expression non-dualiste classique qui conjugue avec talent et originalité les fondements du shivaïsme cachemirien, du bouddhisme Theravada comme du christianisme libéré des contraintes des institutions ou de la kabbale.

Couv Ego-et-moi-unique

« Chacun, nous dit Marc Gafni, est responsable de son propre éveil. De même chaque génération est responsable de son propre apport à l’évolution de la conscience. C’est un contrat de partenariat entre générations. Chaque génération s’engage à apporter ses idées originales à la transformation continue et à l’évolution de la conscience. A son cœur, la conscience est l’amour : l’évolution de la conscience n’est donc rien moins que l’évolution de l’amour. Si, par conséquent, vous réalisez que Dieu est synonyme d’amour, vous comprenez du même coup que l’évolution de l’amour n’est rien moins que l’évolution de Dieu. Dieu est l’infini. L’infini est intime. Dieu est l’infini de l’intimité.

Être éveillé, c’est être amoureux : débordant de vie, enflammé et totalement ouvert comme l’amour. »

Marc Gafni présente les mécanismes d’identification, les conditionnements et contraintes causales, des dénis sophistiqués, les nœuds multiples, les narrations qui constituent et maintiennent l’ego, le « faux-moi ». A partir de sa propre expérience, il rend compte d’un procès qui conduit au-delà de l’ego vers le « Moi Unique », un chemin amoureux qui fait passer d’un amour avec objet à un amour sans objet, né de l’expérience de la non-séparation.

« Le Moi unique se révèle et se réalise tout au long de la vie, dans des moments d’abandon et de grâce, quel que soit notre niveau de conscience. Pourtant, ce n’est qu’après avoir commencé à dépasser l’emprise de l’ego du moi séparé et après avoir réalisé que notre nature est indivisible du champ de conscience infini absolu, que le Moi Unique se révèle et aboutit à la pleine réalisation stable de notre éveil. »

Marc Gafni postule alors pour un processus nécessaire, un dévoilement par prises de conscience successives qui concilie l’unicité et la singularité de son expression en un individu. Il distingue huit stations sur le chemin du Moi Unique, chemin qui commence au tout début de la vie avec le moi-pré-personnel, avant la constitution d’un moi séparé, premier niveau du moi personnel, qui va se figer sur un mode non sain en un « faux moi ». La station 4 concerne le Soi véritable. C’est l’éveil classique selon l’auteur, l’accès à l’impersonnel. Mais le procès se poursuit avec un nouvel éveil, qu’il désigne comme niveau 2 du personnel.

« A la cinquième station, vous êtes témoin de l’émergence du Moi Unique. Le personnel revient au premier plan, mais à un niveau de conscience supérieur, « expression unique du Soi Véritable ». Ce qui caractérise alors le Moi Unique est sa dimension évolutionnaire. La station 6, post-éveil par conséquent, consiste à réduire les parts d’ombre qui persistent, les « petites poches d’identité ». Il introduit le principe d’une « Ombre Unique » pendant du Moi Unique qui doit trouver sa place dans la conscience. Enfin la station 7 est celle du don unique :

« L’obligation que suscite en vous la prise de conscience évolutionnaire de votre Moi Unique est qu’il vous incombe d’offrir les dons que vous seul pouvez donner, dons que le reste de la création désire et qui lui sont nécessaires. Chaque être humain possède un ensemble de dons particuliers à offrir au monde. Votre Perspective Unique donne naissance à ce que j’appelle votre Don Unique. »

Le Don Unique est une contribution à l’évolution de la conscience.

Une grande partie de l’ouvrage consiste en une mosaïque de regards sur les interrogations que le thème de l’éveil ne manque pas de provoquer. Il évoque finalement un chemin vers l’assentiment total à la Vie afin de « donner à Dieu toute sa puissance ». Il s’agit bien de Grâce, entendue comme l’auto-communication de Dieu en nous et par nous.