Les dialectiques factrices de Jean-Charles Pichon

Les dialectiques factrices dans les quêtes du Graal er les alchimies de Jean-Charles Pichon. Editions L’œil du Sphinx et Association des Amis de Thélème, 36-42 rue de la Villette, 75019 Paris.

www.oeildusphinx.com

Quatre parties composent ce livre magistral de méta-analyse et de métaphysique : le Graal, les Alchimies, la Forme vide, les Machines annexes. Une fois de plus, il est question de mettre l’accent sur les relations plutôt que sur l’objet et le sujet afin de rendre compte du tissage du réel hors des temporalités apparentes.

Jean-Charles Pichon en appelle aux Grandes Images de C.G. Jung : « Non seulement l’objet mais le sujet qui l’observe (JE) ne sont que des composés des Grandes Images, dont l’étude révèle la réalité profonde (l’Inconscient). ».

« L’objet de ce livre, indique-t-il, n’est pas autre que l’étude des processus par lesquels la Grande Image se fait un Système de symbole physique : ce sont les Quêtes du Graal, lors du dernier renversement. Et l’étude des processus par lesquels le Système de symbole physique donne lieu à de nouvelles Grandes Images : c’est toute l’alchimie. Il n’en suit pas que les quêtes du graal et l’alchimie révèlent ce qui est l’Être en soi. Mais aucune quête et aucune science ne le révèlent, bien qu’elles l’imitent, le créent ou le connaissent parfois, soit symboliquement soit par l’image. »

Ceci modifie radicalement et de manière totalement pertinente, le rapport à l’initiatique qui n’est point une conquête (avoir et faire) mais une célébration (être). Les interactions créatrices, les dialectiques, entre Grandes Images et Système de symbole physique, ou encore Archétypes et précipitations, une fois identifiées permettent de comprendre comment les mythes se déplacent dans la temporalité et les cultures, se répliquant et se renouvelant simultanément et aussi comment ils imprègnent le langage.

Jean-Charles Pichon passe le cycle du Graal au tamis du système promesse-réponse. Remarquons que ce système opère en toute dimension initiatique et peut-être même dans tous les domaines de la vie. Ce schéma promesse-réponse en implique un autre : déliement-défi car on se délie de sa promesse et on répond au défi. Les personnages principaux du cycle du Graal et les événements qu’ils connaissent, souvent des épreuves, apparaissent comme les facettes d’un unique quêteur et d’une seule quête, indépendante des temps et des lieux qui sont des états de la conscience en mouvement.

Avec l’alchimie, l’Or remplace le Graal mais les enjeux demeurent, notamment le sujet essentiel du temps que Jean-Charles Pichon a parfaitement identifié à la fois du point de vue métaphysique, ce qui est classique, et du point de vue scientifique, ce qui fait de lui un précurseur.

« Le fondement de toute science rationnelle est la croyance en une flèche unique du temps. Cette flèche est axée de l’Avant vers l’Après : soit du passé vers le devenir, soit du devenu vers l’Avenir. Mais les deux sens eux-mêmes ne peuvent se succéder que de l’Avant vers l’Après : dans le cycle cosmologique, le matin précède le soir ou le printemps l’automne, dans le processus de vie, l’enfance précède l’âge adulte, ou (très probablement) le minéral la plante, qui précède l’animal.

Cette croyance est donc suffisamment prouvée, à cela près du moins que, quelque part, dans l’Instant, hic et nunc, le devenir précède le devenu (mais c’est alors le devenir qui est avant, le devenu qui est après). »

Intégrer ce principe est indispensable pour réaliser une quête initiatique, Graal, Pierre Philosophale ou plénitude du Vide.

Jean-Charles Pichon ne travaille pas à grands traits, il conduit le lecteur sur l’océan agité des ambivalences. Parfois un îlot de stabilité permet à la pensée de se poser avant de repartir. Etudier cette œuvre magistrale est un voyage aussi passionnant que risqué. Les certitudes volent en éclat sans que d’autres viennent les remplacer.

« Si, nous dit-il, tout le problème est celui-là : la maintenance et la plénitude de Ce qui est, l’Être ne dure pas sans se faire différent (autrement), il ne se change pas sans redevenir le même (la même chose). Ou, du moins, c’est ainsi que JE lit les processus, comme il voit le bâton se briser quand il le plonge d’un élément dans l’autre (demeurant le bâton même) et le nuage ou l’arbre se répéter dans le fleuve, la ville dans le mirage ou soi-même dans le miroir – une même chose dans l’autre.

Mais la réflexion (que provoque la réflection) et le sentiment de casse que provoque la réfraction ne sont que des illusions nées des lectures. »

Il faut encore traverser les apparences, se saisir des intervalles, car, conclut Jean-Charles Pichon, « le jeu seul permet à JE une approche acceptable de la réalité ».

Davantage sur ce livre :

https://www.jeancharlespichon.com/wp/?cat=35

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s